Rishikesh : un havre de paix pour les touristes

Un jardin de ashram et sa statue divine

Après quatre heures et demi de train depuis Delhi, nous arrivons de nuit à Rishikesh, capitale mondiale du Yoga, située tout près de la source du Gange. C’est là que des touristes du monde entier viennent goûter à une vie ascétique en se retirant dans des ashrams pour se consacrer à la pratique du yoga. Suivant les conseils d’un sexagénaire londonien amoureux de l’Inde rencontré dans le train alors qu’il fumait sa cigarette la porte grande ouverte face au vide, nous nous dirigeons vers un ashram pas cher, 500 roupies (7€) la nuit, dont les chambres donnent sur le Gange. Le confort y est spartiate mais l’eau est chaude et la vue sur le fleuve magnifique.

Au petit matin, les berges grisâtres du Gange qui ont la forme de plages sont parsemées de femmes faisant leurs offrandes au fleuve sacré ou d’hommes en train de s’y baigner. L’air frais de la montagne en arrière plan associé aux premiers rayons de soleil donnent une lumière blanche à l’ensemble. Il se dégage alors une impression de pureté d’un fleuve pourtant réputé pour sa saleté et ses flots de bactéries.

Nous partons ensuite nous balader dans les rues de Rishikesh à la recherche d’un Ashram célèbre pour ses cours de yoga. Sur le pont qu’il nous faut traverser nous croisons des singes qui font les vigies au sommet des câbles de fer, des vaches bien maigres, des motos pressées et des touristes indiens qui se photographient devant la vénérée « Ganga ».

Invisibles Intouchables
De l’autre côté de la ville, dans le quartier des ashrams, la population est nettement plus pauvre. Les rues ont l’odeur des bouses de vaches qui les minent et les mouches sont partout. Les vaches paraissent encore plus maigres et certaines déjà mortes se font dévorer par les chiens affamés. L’ambiance est lourde. Pour y échapper, les nombreux ashrams très bien entretenus pour la plupart offrent de véritables havres de paix. On y trouve de jolis jardins ornés de nombreuses statues colorées à l’effigie des divinités indiennes où l’on peut se balader en toute tranquillité.

A la tombée de la nuit, nous nous dirigeons vers les Ghâts (les marches au bord du Gange) où les fidèles viennent chaque soir allumer des bougies et prier Ganga, lors de la cérémonie de l’aarti. L’atmosphère est beaucoup plus agréable. L’air s’est rafraîchit et a fait disparaître les mauvaises odeurs tandis que l’obscurité a rendu invisibles, ou presque, les Intouchables.

Publicités

A propos Angel Herrero Lucas

Journaliste / Content curator sur l'actualité du XXIe siècle
Cet article, publié dans Inde du Nord, Une, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Rishikesh : un havre de paix pour les touristes

  1. Estar confrontado con la miseria, la pobreza y con todo lo que conllevan; que se escriben aquí, con letras mayúsculas, lindando con el lujo, la belleza y la limpieza es muy perturbador, lo sé.
    Además es muy fuerte, para el alma, ver escenas donde la muerte ronda las calles con toda crudeza.
    Pero como dices tan bien, ver el Gange, de tus propios ojos y la ceremonia de aarti, sin contar de innumerables otras escenas, llenas de belleza, y encanto, como el amanecer que describes también, hace que el apego a Asia sea tan fuerte.
    Sientes que la vida es real, sin imposturas, y es fascinante tanta realidad, sin máscaras sociales, al menos este es mi sentimiento y mi parecer.

    ¡Están también escritos que me saben a poco tus artículos, quisiera más contenido, más situaciones, más detalles, más anécdotas, más información, más fotos.
    Pero imagino, este deseo mío, se sale tal vez, del marco del periodismo y lo que quiero es un ensayo!! ¡Ha!,¡Ha!

    ¡Además estáis de vacaciones!
    Y primero hay que alimentarse, en experiencias, para poder producir después.
    Tienes la pluma y la sensibilidad de un escritor querido Ángel, estoy muy orgullosa de ti.

    Un beso muy fuerte para los dos y disfrutar muchísimo.
    Su.

  2. Ping : Le test de la semaine : cours de Yoga a Rishikesh | Asile en Asie

  3. Borko dit :

    Je viens de commencer à lire vos récits: dépaysement, on le sent direct (rapport aux odeurs :-), mais on dirait bien que c’est vraiment une aventure tout ça… Pas impossible qu’en ayant vu tout ça, vous allez même savoir savourer un hôtel ibis 2* 🙂 En tout cas continuer à explorer, vous en sortirez encore plus grandis.

Répondre à Susana Lucas (@susanabarbara) Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s